Author Archives: Alain et Françoise

Nusa Lembongan

Nous prenons le bateau rapide pour  rejoindre Nusa Lembongan qui est une toute petite île à l’est de Bali.  

La mer est assez agitée, mais rien de grave

Comme sur toutes les petites îles l’arrivée se fait sur la plage.

Il n’y a pas de voiture, sauf des Ojeks (camionnettes avec des sièges sur le plateau arrière) et des scooters.

Notre guesthouse est sur les hauteurs de l île, bien placée. Pour y accéder, l’ojek doit rouler sur une soit disant route, toute défoncée, bonjour les fesses.  En France on dirait que cette route est impraticable, mais comme en Indonésie tout est possible !!!!!!!!!!!

Cette île beaucoup moins touristique que Bali, a pourtant beaucoup à offrir.

Nous louons donc de suite un scooter et partons à sa découverte.

Elle est très verdoyante, beaucoup de forêt inexploitée, seule la culture du manioc peut être réalisée. Les pêcheurs sont nombreux et beaucoup d’îliens vivent maintenant du tourisme.

Et l’attrait majeur de cette île est la plongée et le snorkeling, pour aller voir les raies mantas qui passent surtout entre les îles de Penida et Lembongan.

Nous avions loué une chambre pour 2 nuits mais du coup on en a repris une car ça vaut le coup de découvrir plus en profondeur le coin. Notre deuxième petite guesthouse est adorable, nous sommes dans une famille, extrêmement accueillante. La maman s’est pris un parpaing sur le pied gauche, il y a quelques jours. C’est très  enflé, mais elle continue à gérer sa petite affaire. Françoise lui a prodigué quelques soins de base et lui a donné des antalgiques. Evidemment, avec moins de douleur, sa vie s’en trouvait changée.

Juste en face Lembongan , il y a une petite île, Ceningan, dont on en fait le tour en 2 heures avec le scooter, ça pourrait être beaucoup beaucoup moins si les routes n’étaient pas défoncées.

Cette île est reliée à Lembongan par un pont »yellow bridge», tout neuf !!!

Oui, car en novembre  dernier le précédent pont s’est écroulé faute d’entretien, faisant 8 morts et une dizaine de blessés.

Ceningan est vraiment très préservée du tourisme, une vraie petite merveille. Puis encore plus à l’ouest il y a Nusa Penida, qui n’est absolument pas touristique, il n’y a d’ailleurs pas d’hôtel.

Nous avons loué les services d’un pêcheur pour nous emmené faire du snorkeling en espérant voir les raies mantas. Hélas aujourd’hui ces beaux poissons  n’étaient pas au rendez vous, mais nous nous sommes régalés de poissons et coraux multicolores, et  de formes extraordinaires . Pour notre dernier jour en mer, ce fut une réussite.

Photos

Amed

Nous avons quitté Lombok, nous ne lui avons pas dit adieu, car en 2013, c’est ce que nous avions fait, pensant ne jamais y revenir. Et pourtant, cette année  nous y avons passé presque trois semaines.

Nous avons pris le fast boat pour Amed, à l’est de Bali. L’embarcation est plutôt  cocasse, le ponton étant trop haut, du coup on est obligé de sauter  sur le bateau, tenir la rampe du pont supérieur  et se hisser comme on peut dans la cabine. Et pour le débarcadère, même chose. Une famille de deux enfants va faire le trajet avec nous,  le bébé de 6 mois est hissé par les gars du navire  par le toit, la petite fille de 8 ans également, et no problem !!!! Tout le monde a pu embarquer.

L’arrivée à Amed se fait sous le soleil, la mer a été très calme pendant les 45 minutes de navigation.

Nous n’avions pas réservé d’hôtel, sachant que  nous sommes en basse saison. Effectivement il y a de la place partout. Nous logeons donc dans un hôtel, sur la plage, mais il est vieillot.

Nous louons un scooter, et on va à la recherche du bon plan pour les jours  suivants. Et nous avons trouvé la perle rare. Certes l’hôtel n’est pas sur la plage mais dans  un jardin bio  luxuriant.

Les propriétaires sont adorables. Anis nous a présenté tous ses arbres et arbustes. Les repas sont élaborés à partir des fruits et légumes du jardin.

Du coup on lui réserve une chambre pour le lendemain, ce sera son mari, qui viendra nous chercher à l’autre hôtel.

Notre chambre est magnifique, une jolie petite piscine nous permet de nous relaxer le soir après notre balade.

Amed c’est un ensemble de petits villages qui se succèdent sur 10 kilomètres environ. C’est l’océan d’un côté, une petite route en lacets, et la montagne de l’autre. Nous sommes au pied du Gunnung Anung qui culmine à plus de 3000 mètres.

Les plages sont en sable noir et galets.

L’attrait principal d’Amed est la plongée. La quantité de centres de plongée est incroyable. Pour nous ce sera snorkeling, et nous ne serons pas déçus. Deux épaves de bateau sont le refuge de milliers de poissons multicolores. Nous sommes allés sur l’épave d’un bateau de pêche japonais. Nous n’avions jamais vu d’épaves, et ce fut donc une belle découverte.

Puis nous avons découvert une autre plage toute aussi intéressante que l’autre, les coraux y sont très beaux, multicolores et les poissons sont d’une incroyable diversité, de forme   de grosseur et de couleur. Nous nous sommes vraiment régalés.

Si Amed est intéressante pour la plongée, elle l’est aussi pour  ses belles rizières en montagne.

Dommage que les routes qui conduisent  dans les petits  villages soient si mauvaises, nous avons même du renoncer à poursuivre notre route de découverte, et le clou de la soirée, fut une jolie chute de scooter. Bof, rien de bien méchant, quelques éraflures, le scooter n’a pas été endommagé.

Nous avons fait la connaissance d’une Française, et demain nous repartons pour l’île de Lombogan, nous partagerons le taxi avec Florence.

Photos

Senggigi

Après deux belles journées à Gili air nous reprenons le bateau public pour Senggigi.

Notre hôtel est très chouette, piscine et plage de sable noir.

Nous RE louons un scooter pour être indépendants.

La plage de Senggigi est très longue, et un spot de snorkeling se trouve à quelques kilomètres de l’hôtel. Nous «chaussons» nos masques et tubas et voulons voir ce qui se passe sous l’eau. Les coraux sont en partie morts ;  la faune est assez dense, les poissons multicolores sont là, mais également les méduses, par bancs entiers et c’est assez désagréable de nager dans la gelée. Ces méduses ne sont pas urticantes, heureusement.

Nous avons eu une super pluie tropicale avec orage, du coup nous sommes rentrés à l’hôtel et avons mis tous nos petites affaires  à jours.

A l’est de Lombok vivent en parfaite harmonie les Hindouistes et les musulmans.

Nous avons visité le plus vieux temple hindou de Lombok, qui pour nous n’est pas terrible mais pour les hindouistes est très important. Puis en continuant la route nous en avons visité un autre ; sacré pour ses  anguilles porte bonheur. Il suffit de les nourrir d’œuf et le bonheur est assuré !!!!

Nous ne pouvions pas quitter Lombok sans un massage complet du corps, les massages traditionnels d’une heure sont vraiment agréables. Les mains des jeunes masseuses Indonésiennes sont efficaces  pour nos vieilles douleurs.

Aujourd’hui c’est vendredi, jour de grande prière pour les musulmans.

Vers midi tout le monde convergent vers les mosquées, du coup, une fois que les gens sont à la prière, le trafic sur la route est beaucoup plus calme.

Photos

Gili Air

Nous quittons Tetebatu en taxi pour Gili air

Le trafic routier est intense au départ, camions, voitures et scooters essaient de se partager la route étroite.

Au départ de Tetebatu ce sont les paysages de  rizières, puis nous entrons en forêt. La route est très sinueuse, mais le trafic est moins intense. Nous rencontrons plusieurs familles de singes macaques, qui vivent sur les rambardes de protection.

Après 2h30 de route nous arrivons à Bangsal, port de départ pour les Gili (prononcer Guili)

En 2013 nous avions visité Gili Trawangan, et cette année nous irons sur Gili air.

3 petites îles sont posées là sur l’océan Indien, Des pt’its coins de paradis comme disent les gens.

Nous prenons le bateau public pour la traversée, choix de notre part, car il y a les fast boats (bateaux rapides) mais 6 fois plus chers. Nous ne sommes pas pressés, et on aime bien la proximité des locaux !!!

Certes, ça n’est pas le grand confort, et  pas du tout d’ailleurs.

Les commerçants chargés de fruits, légumes, épicerie, etc…… partent livrer les restaurants de Gili air,  les victuailles sont chargées en premier et les voyageurs sont sur les paniers de bananes et autres chalands !!!!!

Nous avions réservé un petit hôtel, tout près de l’embarcadère. Il est  propre, mignon, construit dans le style Sasak, on est super bien.

Gili air c’est une toute petite île, nous en avons fait le tour en deux heures, avec  nos masques et nos tubas à la main.

En effet, à 10 mètres de la plage de sable et de corail mort ; les poissons multicolores nous attendent.

Les centres de plongée sont nombreux, et on peut aussi partir une journée pour faire du snorkeling. Nous réservons la journée du lendemain.

Ce matin la journée s’annonce belle !!!!!! Comme tous les jours d’ailleurs !!

Nous ferons 4 plongées, et quel bonheur d’avoir vu 9 tortues, Françoise a été à deux doigts d’en toucher une.

Les poissons sont très nombreux, mais les coraux sont décevants. Hélas les  locaux ont longtemps pêché à la dynamite, si bien que le corail a été  détruit.

Aujourd’hui, cette pêche est interdite, on peut voir quelques repousses de coraux jaune et violet.

La vie sur Gili  Air est calme, pas de voiture ni scooter, sauf s’ils sont électriques.

Les charrettes à cheval font taxi et  transportent les marchandises.

Le soir, nous contemplons le coucher du soleil devant un plat et une bonne Bintang, de toute façon, il n’y a rien d’autre à faire à Gili Air, et c’est justement  ce qui est sympa.

Photos

Tetebatu

 Le taxi est presque à l’heure, avec une demi heure de retard seulement !!!!

Tetebatu, village très mignon est notre nouvelle destination, au centre de Lombok, c’est la grande ruralité, mais en même temps les gens ne semblent pas très pauvres car ils vivent de la culture du riz, des légumes, de la vanille, du piment, muscade, et autres épices. C’est un peu le grenier à riz de Lombok.

Nous avons réservé une randonnée de trois heures pour demain, car il est impossible d’aller dans  la monkey forest et les petits coins perdus des rizières seuls, il faut un guide.

En attendant nous en avons fait une, dans les rizières proches du village. Ici l’eau coule de partout, nous ne sommes pas très loin du Mont Rinjani qui culmine à 3400 mètres, les torrents sont  nombreux, les cascades également.  Les rizières sont donc inondées facilement. Le paysage est magnifique. Les gens sont gentils, ils nous saluent  tous, nous interpellent sur notre passage, et nous demandent toujours  d’où nous venons, qu’est ce qu’on  fait là, où nous allons. Ils sont étonnés aussi de nous voir photographier leurs champs, ils nous demandent pourquoi on s’intéresse à tout ça.

Les enfants demandent à être photographiés. Bref, on aime ce genre de rencontre.

Nous sommes à peu près les seuls touristes ici, et même  les seuls de l’hôtel.

Cet hôtel est super bien placé, nous avons une terrasse qui domine les rizières. Il est  très ancien et aurait besoin  d’un grand coup de relooking.

On nous a dit  que les bâtiments  dataient de l’époque coloniale hollandaise, on veut bien le croire car les locaux sont beaux et chics, et ont du connaître des jours plus fastueux  qu’aujourd’hui. En revanche le jardin tropical est de toute beauté.

Il est 9 heures ce matin, notre guide nous attend en bas du village. Un touriste tchèque se joindra à nous.

Nous commençons par les rizières.

Nous apprenons  que deux qualités de riz sont cultivées ici. L’une produira en 4 mois et sera coupée par botte, c’est la seconde qualité. L’autre produira en 6 mois sera coupée brin  par brin.

Le plus souvent le riz est battu par petites bottes sur une planche inclinée en bois.

Puis nous découvrons les champs de piment, il s’avère que c’est une  culture très intéressante pour le cultivateur, car actuellement le cours est haut, 15 euros le kilo.

Il est exporté vers Sumatra et la Chine.

Les arbres fruitiers sont nombreux. Avocatiers, noyers de muscade, papayers, cacaoyers, cocotiers, puis le manioc, les haricots verts etc……….

Et comme on aime bien l’aventure, nous sommes allés à une cascade, mais pour la voir, nous avons joué les Indiana Jones !!! Il a fallu remonter le courant du torrent, de l’eau à mi jambe, et pieds nus.

L’eau était fraîche et nous a fait beaucoup de bien.

Puis pour finir ces 10 kilomètres de trekking, assez difficile, nous avons visité la forêt tropicale où vivent des macaques et des gros singes noirs. Les macaques vivent souvent au sol mais les autres ne descendent pas de leurs arbres ; et les arbres sont très très hauts, du coup pour les photos, ce fut un peu difficile.

Nous sommes très contents de cette expérience, même si nous avons souvent eu les pieds dans l’eau ou dans la boue en longeant les rizières. Et grand coup de chance est qu’il n’a pas plu à Tetebatu bien que nous soyons en pleine saison des pluies. Il ne fait pas très chaud ici, environs 25°, à 400 mètres d’altitude. Notre guide nous a appris qu’à Lombok il y avait 1000 mosquées, parfois espacées de quelques centaines de mètres, là, on ne comprend pas le phénomène. Seraient  ils aidés grâce aux pétrodollars du Moyen Orient ???  Ici aussi à Lombok, les musulmans ont « droit » à trois femmes, et ne sont pas obligés de faire les 5 prières par jour. Et pour couronner le tout, notre guide nous dit gentiment, que sa religion n’est pas stricte car elle lui permet de boire de la Bintang (la bière locale) !!!

Photos