Author Archives: Alain et Françoise

Villa de Leyva

Nous prenons le bus à l’une des grandes gares routières de Bogota, et partons dans la région du Bocaya à Villa de Leyva.

Cette jolie ville coloniale est incontournable dans la visite du pays.  Elle est entourée de sombres montagnes, il y fait toujours  relativement bon, et actuellement nous sommes en pleine période sèche.

Notre  petit hôtel est  une ancienne maison coloniale modeste certes, mais très jolie. Seulement 8 chambres autour d’un joli patio. Et chose importante nous sommes à deux pas du centre.

Villa de Leyva fondée en 1572 par  Hernan Suarez  de Villabos, déclarée monument national en 1954, aux rues pavées et aux belles maisons   blanches, a été entièrement préservée. Nous sommes en semaine et il n’y a pas beaucoup de monde, mais le week end les Bogotanos envahissent la ville.

La grande particularité de cette petite ville est sa  plaza Mayor,  l’une des plus  grandes du continent Américain avec ses 14400 mètres carrés. Elle est  pavée  d’énormes blocs de pierres ainsi que toutes les rues. En son centre, une fontaine, qui était  jadis  le seul point d’eau de la ville.

La ville et notamment la grande place se prête aux  décors de cinéma et d’ailleurs presque toutes les séries de ZORRO ont été tournées ici.

Il faut prendre son temps pour découvrir Villa de Leyva, les nombreuses très belles maisons coloniales sont à visiter, le musée Del Carmen mérite une visite, l’église paroissiale et son magnifique retable baroque.

Nous y avons beaucoup flâné.

Nous avons été surpris par la quantité de chiens qui vivent dans les rues mais appartiennent à des gens.

En fait ces chiens de race  pour la plupart vont de maison en maison et le  soir rentrent chez leur propriétaire. Nous n’avons vu que très peu de crottes sur les trottoirs, serait ce qu’ils sont bien éduqués, et qu’ils ont des « canibets/cabinets » à leur disposition ?

A Villa de Leyva, il n’y a pas que les maisons blanches aux beaux balcons fleuris.

Un architecte sculpteur, Octavio Mendoza a construit dans les années 1990 une maison de 500 mètres carrés  entièrement avec de l’argile cuite au soleil. Il n’y a pas de métal ni de ciment dans le gros œuvre. Cette maison tout en rondeur est  atypique.

En ce sens casa terracota est le symbole du projet de vie d’Octavio Mendoza Morales : un projet qui s’appuie  sur les quatre éléments : terre, air, eau et feu, transforme la terre en architecture habitable.

On nous avait dit que les Colombiens  étaient très accueillants, nous pouvons en témoigner.

Nous avons fait la connaissance d’Octavio, son épouse et sa mère à l’hôtel. Ils nous ont offert du fromage au petit déjeuner et invités à passer une soirée avec eux. Ils nous ont donné rendez vous à 18 heures à l’hôtel, mais on ne savait pas trop ce qui allait se passer. Notre espagnol est trop succinct pour tout comprendre….

Du coup ce fut la grande surprise. Ils nous ont demandé de prendre nos maillots de bains et nos serviettes, et dès 18h  nous voilà partis dans une agence de voyage. De là nous avons pris une jeep et en route pour la campagne. Il fait déjà nuit à 18 heures. On roule environ trente minutes et la jeep prend un chemin au bout du quel un gardien nous ouvre la porte, la jeep reprend la route et une centaine de mètres plus loin s’arrête. On nous fait descendre. On marche un peu et là, ô surprise on arrive près d’une piscine d’eau soufrée, avec un  petit geyser en son centre, et ceci au milieu de nulle part.

MAGIQUE, des bougies autour de la piscine, le ciel étoilé, et nous voilà pour 1 bonne heure à tremper dans une eau à 35 degrés. On nous sert un verre de vin rouge au milieu de la piscine, bref des instants inoubliables. Octavio, Claudia et Discia sont adorables, sans eux nous n’aurions jamais connu cet endroit.

Le matin au petit déjeuner, Discia , la maman , dit à Françoise que le soir elle irait  aux thermes car elle a beaucoup d’arthrose et que ça lui fera du bien, mais elle n’avait pas envisagé à ce moment là de nous emmener.

Dans la rue, nous avons fait la connaissance d’Alfredo, jeune marié de samedi dernier. Et quel  bonheur il parle très bien le français, car il a passé 4 ans en France pour ses études. Nous avons beaucoup échangé, ce fut un  réel plaisir.

 Les gens nous saluent souvent d’un « buenos dias ou d’un buenos tardes » chaleureux, c’est très agréable.

photos

Bogota

Après 14 heures de voyage confortable, nous sommes arrivés impeccables à Bogota. Alain avait choisi la classe premium et du coup nous avions de grands sièges très inclinables, et un service meilleur qu’en classe économique.

Arrivés à 22 heures à l’aéroport,  le passage au service immigration se fait rapidement, le taxi facile à trouver et à 23 heures nous étions dans notre chambre d’hôtel « San francisco d’Asis » au cœur de Bogota.

Bogota, à 2600 mètres d’altitude, 8 millions d’habitants,  longtemps classée parmi les villes les plus dangereuses du monde est devenue une ville prometteuse. Beaucoup d’universités, de théâtres, de musées, d’hôtels de charmes, bons restaurants.

Le slogan de l’office de tourisme est « Venez n’ayez pas peur….osez,  Le risque est de  vouloir y rester »

Certes comme partout dans les grandes métropoles il y des quartiers à ne pas fréquenter.

On remarquera néanmoins une forte présence policière.

C’est dimanche et on apprend que la visite du ciero de Monserrate est incontournable. Cette église est à 3150 mètres et nous ne sommes qu’à peine acclimatés à l’altitude, et donc un peu essoufflés… Ceci dit on décide d’aller la haut. Le dimanche ce sont 4000 à 5000 pèlerins qui montent à  Monseratte.

Cette église érigée en 1917 après un séisme qui avait détruit la chapelle d’origine du 17eme siècle  est le symbole de Bogota, on la voit de partout. On y accède soit à pied par un sentier, soit en téléphérique ou en funiculaire.

Certes nous avons fait la queue pendant plus d’une heure pour enfin accéder aux cabines du téléphérique, mais dans une ambiance bon enfant.

La haut c’est un peu la kermesse, les gens envahissent l’église, ils sont même couchés dans  les allées, dehors c’est infernal, les familles viennent avec les cocottes minute et tout le tralala pour pique niquer autour de l’église.

De très nombreuses petite gargotes sont installées là et proposent des repas bon marché. Les boutiques de souvenirs et d’articles religieux sont eux aussi nombreux.

7 offices ont lieu  le dimanche, du coup l’église est pleine toute la journée.

De là haut on peut admirer le panorama sur toute la ville de Bogota.

L’après midi nous avons visité le  museo del oro qui n’a pas son pareil dans le monde. Il fait partie des incontournables de Bogota.

Une visite de tout premier ordre dans la hiérarchie des grands musées de la planète. Plus de 55000 pièces constituent ce musée. On peut imaginer ce qu’était la période précolombienne avant l’arrivée des conquistadors.

Nous avions choisi notre hôtel dans le cœur de Bogota, ainsi nous étions tout près du quartier de la de la Candelaria. Il s’agit du quartier colonial truffé de sites majeurs.

D’abord la fameuse place Simon bolivar et sa cathédrale, le théâtre national  qui en grande rénovation actuellement, donc fermé. Le magnifique musée Botéro, dont il  a fait  don d’une très grande partie de ses œuvres. Botero est né à Medellin en 1932.

Les églises sont très nombreuses, on a aimé L’église San Francisco, son retable du 17eme siècle est le plus grand des églises de Bogota.

Les ruelles aux maisons colorées  sont très jolies  mais les pavés sont des « casses jambes » hyper dangereux.

photos

J – 8

Une nouvelle année commence, nous souhaitons à chacun le meilleur  pour 2020.

Cette année, nous avons choisi pour destination,  la Colombie dont on en entend que du bien par ceux qui l’ont déjà visitée, il parait que c’est une belle destination. Promis, on vous racontera.

Ce pays est très grand, du coup nos 10 semaines ne seront pas de trop pour découvrir toutes les merveilles  de cette région du monde.

Un poème Colombien anonyme dit :

Si tu veux connaitre  les Caraibes va à Cuba, le Pacifique va au Chili, les Andes va en Equateur, l’Amazonie  va au Brésil, les cultures précolombiennes au  Mexique ou au Pérou, mais si tu veux voir toutes ces choses là Papa, va en Colombie.

Nous avons élaboré un circuit, qui sera peut être  transformé au court du voyage, néanmoins   nous essaierons de respecter le projet.

  • Nous commencerons par Bogota, la capitale, juchée à 2600 mètres d’altitude.
  • Villa de Leyla
  • Mongui
  • Canyon de Chicamocha
  • Barichara
  • La Playa de Belen
  • Puis le  désert de Tatacoa ( le rouge et le gris)
  • San Augustin  la culture précolombienne
  • Mocoa  en Amazonie
  • Pasto  à la frontière équatorienne
  • Popayan  la ville blanche
  • Silvia et son marché du mardi à ne pas rater
  • Cali pour la Salsa et le Pacifique
  • La vallée de Cocora (région du café)
  • Salento et sa production de café et élevage de truites
  • Filandia
  • Manizales
  • Jardin  la plus belle ville d’Antoiquia
  • Medellin  la grande métropole
  • Guatape sur le lac Embalse Guatape
  • Santa fe de Antoiquia
  • Capurgana la Caribéenne à la frontière Panaméenne
  • Les Iles San Bernardo pour y passer du bon temps
  • Mompox  sur les rives du rio Magdalena
  • Carthagène des  Indes  
  • Minca village de montagne  dans la sierra Nevada
  • Santa Marta, la ville de fondation Européenne la plus ancienne du continent américain
  • Immersion dans une communauté indigène
  • Le parc naturel Tayrona
  • Retour à Bogota

Hasta Luego

Pour agrandir la carte, cliquer dans le carré en haut à droite.
Vous pouvez ensuite, zoomer la carte, cliquer sur les repères du circuit et découvrir les lieux que l’on va visiter.

Singapour

Nous avons pris un bus de nuit à Kota Barhu pour Johor Barhu dans le sud de la Malaisie.

Puis un autre bus pour Singapour. Les formalités à l’immigration sont faciles sauf qu’il y a beaucoup de monde.

Notre hôtel est très bien placé, juste à côte de l’entrée de little India. Et le métro à 100 mètres.

Alors Singapour ??

Ville de 5 millions d’habitants, hyper multiculturelle, propre, beaucoup d’espaces verts, dont le fameux botanic garden, dont nous reparlerons plus tard. Le pouvoir d’achat des Singapouriens est très élevé, du coup la vie y est chère, certains disent que c’est la ville des millionnaires.

En tout cas nous avons été séduits par l’ambiance cool.

En revanche, il faut être très discipliné à Singapour sinon ça peut coûter cher.

Interdit de mâcher du chewing gum en ville, d’ailleurs les trottoirs sont hyper propres, interdit aussi de cracher dans la rue, interdit de fumer n’importe où , des endroits pour fumer sont disséminés dans la ville. Les cigarettes valent très cher, l’alcool aussi, et il est interdit d’en boire sur la voie publique. Quand à la drogue, mieux vaut ne pas y toucher car là, ça peut aller jusqu’à la peine de mort. A chaque fois qu’il y a une interdiction, le prix de l’amende est affiché.

Par exemple : pêcher dans la baie, c’est 2000 dollars l’amende, payable immédiatement, ça calme vite.

Nous n’avons jamais vu de flics, car ils sont en civils, du coup, mieux vaut se méfier. La petite délinquance est quasi inexistante.

Bon ok, ça fait beaucoup de restrictions, mais quand on connaît les règles eh bien la vie peut être simple et sécurisante.

Ces 3 jours ont passé très vite, nous avons bien entendu visité le quartier colonial et ses très beaux immeubles victoriens. Le quartier de la baie et le fameux hôtel Sand Bay, dont sa piscine est à 200 mètres de haut et mesure 150 mètres. Nous sommes allés prendre un verre au 57 ème étage et avons profité de la vue qui est magique. Le quartier branché des shops houses restaurées.

Gardens by the bay, alors là on est scotchés par la beauté du site. C’est un jardin botanique du XXIème siècle sur une surface de 100 hectares.

Deux sites majeurs, le flower dôme  reproduit les climats du mode entier, et l’autre le « cloud forest » permet de voir les écosystèmes des forêts tropicales humides de montagne.

Par ailleurs, les « super trees high tech » arbres  en acier où se développe une végétation exubérante. Il est possible de monter par un ascenseur dans ces arbres où, à 22 mètres , une passerelle   permet de voir la canopée. La promenade est absolument magique.  

Little India, on est transporté en Inde. Nous avons  retrouvé la même ambiance qu’en Inde sans les vaches ni la saleté,  ce qui n’est pas négligeable. Les odeurs nous ont également  re titillé le nez, tel que l’encens et les épices. Les temples Hindous sont nombreux et les pèlerins aussi.

China Town, C’est une ville dans la ville,

Les shops houses y sont nombreuses et magnifiquement restaurées et entretenues. Les restaurants sont innombrables. Nous n’avons pas raté le temple de la dent de Bouddha qui est édifié sur cinq étages. La dent de Bouddha (ou supposé l’être) est conservée dans un  stupa  en or de 420 kg. Le magnifique moulin à prière est  sur le toit, où se trouve un très beau jardin.

Puis nous avons visité également le plus vieux temple Hindou de Singapour, curieusement il est édifié dans le quartier Chinois. Bref, ce quartier est vraiment chouette.

Botanic garden, un immense parc de 74 hectares, crée en 1860 et  inscrit au patrimoine de l’UNESCO est  une merveille. Il est composé de jardins thématiques et parmi eux figure le « national orchid garden ». Le programme de culture des orchidées a débuté en 1928. 1000 espèces et 2000 hybrides dont 600 sont présentés au public. La promenade dans  la forêt humide est un réel plaisir, nous y avons passé 4 ou 5 heures et sommes sortis bien fatigués.

Voilà, 3 jours à Singapour ne suffisent pas pour découvrir la ville, mais nous aurons eu tout de même le plaisir de la savourer.

Nous envisageons bien d’y revenir lors d’une prochaine escale en Asie.

photos

Perhentians, la suite.

Comme ces cinq derniers jours nous ont beaucoup plus sur Besar Perhentians, nous avons décidé de reprendre 5 autres jours. Sauf que l’hôtel ou nous étions, était complet.

Nous avons vite recherché autre chose sur Booking.com, et nous avons trouvé un bel hôtel sur une autre plage. Il s’agit de Coco Hut, rien que le nom est évocateur !

Nous prenons un taxi et cinq minutes plus tard nous sommes au Coco hut.

Notre très beau bungalow est sur la plage et en une minute avec nos masques et nos tubas on est sur les coraux où vivent des némos et autre jolis poissons.

Devant le bungalow

Nous ne seront pas plus stressés que sur Flora bay, ici  nous sommes sur Tuna bay. A un kilomètre d’ici il y a l’autre île, Kecil.

Un matin nous avons pris un taxi pour aller sur Kecil à un kilomètre de là.

Si sur Besar, il n’y aucune route, en revanche sur Kecil il y a un village et des rues, en sable bien sûr, où peuvent rouler quelques scooters. Oh, ils ne peuvent pas aller bien loin , la rue principale doit faire un kilomètre de long. Ceci dit 2000 personnes vivent là à l’année, il y a par conséquent une école, une mosquée, la poste, nombreux petits restaurants, mais pas de banque.

On a traversé la jungle pour aller de l’autre côté de l’ile, mais nous avons été très déçu. En effet cette île est habitée, et le tourisme plus développé que sur Besar, du coup, les déchets sont nombreux et c’est navrant de voir un tel paysage défiguré. Nous sommes en revanche ravis d’avoir choisi Besar, la tranquille et la propre.

Notre occupation première sur l’île est bien entendu le snorkeling, nous avons vu de très beaux coraux, de nombreux poissons mais pas de tortue, bien qu’il y en ait. L’année dernière aux Galapagos nous avions été très gâtés par les tortues de  différentes espèces mais il y avait moins de poissons. Nous avons également fait une balade dans la jungle pour aller sur une magnifique plage  où nous avons croisé un très joli petit singe dont on ignore l’espèce. Notre super séjour au soleil se termine, nous prenons un bus de nuit dès ce soir pour Singapour où nous séjournerons 3 jours, une nouvelle découverte pour nous.

photos