Medellin

Grand changement de décor et de vie !!!!

Medellin, capitale de l’Antioquia, quatre  millions d’habitants avec la banlieue, industrielle, bouillonnante, hyper polluée, située dans une étroite vallée, d’où surgissent les gratte ciel, mais elle  s’étend sur les  collines environnantes.

Medellin c’est aussi, son triste passé, dans les années 1980, la ville a montré sa face sombre. Entre Pablo escobar le sanguinaire, qui  fait de Médellin la capitale mondiale du commerce de la cocaïne. Les affrontements avec armes à feu étaient courants, le taux d’homicides était le plus élevé au monde. La mort d’escobar en 1993  a permis le déclin de la violence.

Et les FARC (forces armées révolutionnaires de Colombie) l’ELN (armée de libération nationale) et les para militaires  (financés par le gouvernement) entre 1964 et 2016 contrôlaient  toutes les collines autour de Medellin,  ont fait de la Colombie un pays meurtri. Plus de 250 000 morts, 45 000 disparus et 6 millions de déplacés. Aujourd’hui la Colombie, est redevenue calme ou presque, car on sait que dans certaines zones du pays, la guérilla existe encore. Ceci dit, aujourd’hui Medellin est devenue l’une de villes de Colombie les plus sûres bien que la police soit omni présente dans les rues.

Pour plus de compréhension lire cet article : http://www.elcorreo.eu.org/A-Medellin-dix-ans-apres-l-operation-Orion

Nous logeons dans un quartier très dynamique, le Poblado, dommage que notre hôtel soit si moche, bien que les propriétaires soient très sympas, du coup nous changerons après les  trois nuits réservées, et irons dans autre  hôtel  très chouette.

Premier jour à Medellin, nous prenons le métro pour le centre ville.  Les Medellinos sont d’ailleurs très fiers de leur  métro, il faut dire qu’il est très bien et facile à utiliser. D’abord nous  visitons le palacio de la cultura Rafael Uribe. Ce magnifique édifice néo gothique noir et blanc, est l’un des bâtiments les plus intéressants de Medellin.

Un paradoxe trop drôle, l’ancien immense palais de justice a été transformé en un gigantesque centre commercial, où ne  se vendent que des objets de contrefaçon !!!

Puis juste à côté, la place Botero, dont l’artiste natif   de Medellin a offert 22 énormes  statues.

Ensuite après un repas toujours copieux, suivi de  l’incontournable Tinto, nous sommes allés au museo Casa de la mémoria.

Cet émouvant  et très pédagogique musée ouvert en 2018, retrace l’histoire  des guérillas urbaines de Medellin. On ressort de ce musée, très bouleversé.

Et comme on avait du temps, on s’est fait plaisir  à prendre le métrocable.

Il s’agit d’un téléphérique permettant d’accéder aux diverses collines de la ville et ainsi offrent aux habitants la possibilité de descendre dans le centre ville facilement, et il est  connecté au métro  De ce métrocable, on  distingue parfaitement les divers quartiers de la ville, et notamment les milliers de bidonvilles  et habitations modestes.

A ce jour il existe 5 lignes de métrocable.

Nous avons aussi profité du parc ARVI, pour y accéder nous avons emprunté le métrocable sur plus de 6 kilomètres. Le parc Arvi est une vaste étendue  de paysages de montagnes. Ce parc est particulièrement bien organisé, on y a passé de très bons moments,  nous sommes toujours dans les Andes orientales, et les chemins ne sont pas plats !!!

Le lendemain, nous avons pris un guide francophone pour nous faire visiter la comuna 13.

On ne peut pas venir à Medellin sans visiter La comuna 13 ; lieu incontournable de Medellin afin de comprendre ou essayer de comprendre la complexité  de l’histoire de Medellin et de la Colombie en général.

Ce quartier situé sur les hauteurs de la ville, permettait de contrôler la ville et a été le lieu de tous les trafics, de drogues et d’humains vers le pacifique.

La population très pauvre était sous l’emprise des guérillas et des narco trafiquants.

ça n’est qu’en 2002 que le gouvernement décide de faire un « nettoyage » en envoyant chars, hélicoptères et militaires armés pour vider de ce quartier la pègre. En voyant les forces déployés par l’état, les guérillas se sont vite retirées  laissant les habitants face aux forces armées. Cela va s’en se dire que les innocents ont trinqué autant que les bandits.

A ce jour il n’y a pas de famille qui n’a perdu l’un des siens dans ce conflit.

D’ailleurs pour commémorer ces atrocités et notamment la mort d’un enfant de 9 ans sous les balles, un toboggan a été installé sur les pentes. Ce symbole veut que la vie renaisse et que la population puisse être positive, et d’ailleurs elle y est. Les touristes sont très très bien accueillis, on ne ressent aucune insécurité.

Le guide nous disait qu’autrefois on se gardait bien de dire qu’on habitait les quartiers pauvres, mais aujourd’hui on affiche sans  complexe son appartenance à la comuna 13.

Enfin en  2016 les FARC,  et d’autres groupes guérilleros sauf l’ELN … ont signé un accord de paix avec le gouvernement. Mais aujourd’hui  la paix reste très  fragile.

Le quartier est alors devenu beaucoup plus calme, le métrocable et les escaliers mécaniques ont été installés sur ces pentes afin que les habitants puissent aller et venir facilement  en centre ville.

Avant cela il fallait une heure et demie  pour descendre la colline à pieds.

On est très agréablement surpris par la propreté de ce quartier, chacun respecte les installations mises en place.

Des graffeurs du quartier ont commencé à peindre le quotidien de leur vie et le passé. On peut, à travers ces graffitis splendides comprendre ce qu’ils ont vécu.

Puis le gouvernement a envoyé 5 femmes  se former dans divers domaines, la santé, l’éducation, le  droit, afin  qu’à leur retour elles soient des leaders communautaires et forment à leur tour d’autres femmes.

Nous avons d’ailleurs déjeuné dans un restaurant communautaire « los Berrak’s » (femmes fortes). Ces femmes afro colombiennes font la cuisine et l’argent récolté permet de financer des programmes éducatifs.   

Dans ce quartier vivent 130 000 personnes ……..dans des maisons en briques enchevêtrées les unes sur les autres, sans isolation et du coup sans aucune intimité possible. Tout se sait et tout se voit.

Après toutes ces visites, nous avions prévu et donc réservé des nuits d’hôtels sur la côte caribéenne. Mais…………. ……….. ;. nous sommes abonnés à une newsletter de blogueurs franco colombiens qui nous ont alerté  sur une décision du gouvernement colombien. …

…… FLASH INFO IMPORTANT
POUR LES VOYAGEURS ACTUELLEMENT EN COLOMBIE

Hier, les membres de l’ELN, un des derniers groupes officiels de guérilla restant dans le pays, ont publié un message annonçant la mise en place d’un couvre-feu sur tout le pays du 14 au 17 février prochain.

Le couvre-feu concerne principalement les voies de transports : route, air, et mer.

Malgré les annonces du gouvernement indiquant que tout sera fait par les forces de l’ordre pour ne pas bloquer le pays, on peut s’attendre à ce que la majorité de la population respecte le couvre-feu par précaution.

On ne sait pas comment cela va se passer exactement donc on espère que les agences, les hôtels, les locaux donneront les bons conseils aux voyageurs. N’hésitez pas à en parler autour de vous.

Notre conseil : ne vous déplacez pas pendant ces 3 jours.

Organisez-vous pour qu’à partir du jeudi soir vous puissiez rester au même endroit jusqu’à lundi. Ne tentez pas le diable, restez sur place et profitez-en pour discuter avec la population.

Il n’y a pas non plus à paniquer, respectez juste les consignes et si vous êtes à la plage, profitez-en, si vous êtes en ville, profitez-en, si vous êtes à la montagne, profitez-en… cela fait partie des aléas d’un voyage dans un pays où la paix est toujours et encore à construire.

Cela dit il est fort possible que la plupart des tours organisés seront annulés, et dans tous les cas nous vous déconseillons d’accepter un tour nécessitant du transport pendant ce week-end.

Bien sûr on peut imaginer que le pays ne va pas s’arrêter pendant 3 jours, surtout dans les grandes villes où il n’y aura que peu d’effet. Ce sont principalement les régions reculées et délaissées par l’état qui vont souffrir le plus de cet événement.

Pour info rapidement, selon l’ELN ce couvre-feu est une réaction à l’arrêt des négociations dans le processus de paix avec le gouvernement. De son côté le gouvernement réagit en rappelant que la condition pour une reprise des négociations c’est que l’ELN doit déposer les armes et libérer les prisonniers.

Rhétorique habituelle de chaque côté, qu’on avait eu tendance à oublier depuis les accords de paix avec les FARC, mais qui resurgit depuis quelques temps avec les problématiques liées à un nouveau gouvernement qui ne respecte pas toujours ses engagements et d’une guérilla ancrée sur des positions d’affrontement par les armes.

Une fois passé cet événement, tout devrait rentrer dans l’ordre et vous permettre de poursuivre votre voyage tranquillement.

Angélica & Samuel

Du coup on se connectent sur le site du ministère des affaires étrangères française qui  dit :

Date de publication : 11 février 2020

Manifestation du groupe armé « Ejército de Liberación Nacional » ou ELN. (Publié le 11 février 2020).

L’Armée de libération nationale (Ejército de Liberación Nacional ou ELN) a annoncé lancer un mouvement de protestation armé (« paro armado ») sur l’ensemble du territoire colombien, du vendredi 14 février 2020 à 6h (heure locale) au lundi 17 février 2020, 6h. Les autorités locales sont en état d’alerte.
Il est recommandé de faire preuve de vigilance, de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’éviter tout déplacement dans les régions frontalières avec le Venezuela, l’ouest du pays (Pacifique) et le nord du département de l’Antioquia.
Pour rappel, ces zones sont déconseillées sauf raison impérative (orange sur la carte des Conseils aux voyageurs) voire formellement déconseillées (rouge sur la carte des Conseils aux voyageurs). Ce niveau de vigilance est incompatible avec tout séjour touristique

Alors suite à  toutes ces informations, nous contactons Ludovic, notre guide francophone afin d’avoir des précisions. Il nous confirme qu’il vaut mieux différer notre voyage.

C’est cela les aléas  d’un long voyage.

Nous profiterons de ce temps « libre »   pour peaufiner la suite du voyage, bricoler sur l’ordi et bouquiner un peu.

photos

2 Responses

Write a Comment»
  1. Heureusement que dans cette immense ville il y a beaucoup à voir ; vous n’allez pas trouver le temps long malgré ce contre temps. Je suis allée sur le lien mais c’est effectivement une histoire très complexe qui n’est pas facile à comprendre. Les peintures murales si nombreuses sont magnifiques et très  » parlantes ». Bon repos en attendant la suite du voyage.

  2. Ah oui , c’est vraiment un autre monde !! vous nous aviez habitué à des commentaires plus « légers » ; Souhaitons leurs , que le « couvre feu » ait au moins servi à faire avancer pour une vie meilleure . Je vous souhaite néanmoins une bonne continuation .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.