Kuelap, Les sarcophages Karjia, et les grottes de Criocta

Si nous avons fait tant de route ces derniers jours c’est essentiellement pour venir visiter la forteresse de Kuelap.  Et le jeu en a valu  la chandelle. Kuelap est une cité fortifiée située à 3000 mètres d’altitude. Construite  par les Chachapoyas  au 6ème siècle. Sa construction a demandé  3 fois plus de pierres que la grande pyramide de Keops !!!

Les Chachapoyas vivaient  sur cette terre bien avant les Incas. Et hélas c’est à cause d’eux et des conquistadors que  les Chachapoyas ont été décimés. La cité a disparu et la forêt a repoussé. Elle  a été découverte en 1843 par hasard, et depuis  les archéologues s’y intéressent beaucoup.  Kuelap est beaucoup plus ancienne que le Machu Pichhu.

Les constructions  sont immenses,  en pierre de calcaire. Les murs d’enceinte mesurent 20 mètres de haut.

Le seigneur et propriétaire  des lieux avait fait de son peuple  des esclaves afin de  construire cette forteresse. 400 maisons circulaires dont certaines encore en assez bon état. Ce site est absolument insolite et tellement incroyable du fait de sa situation géographique.

Jusqu’en Mars 2017, ce site était très difficile d’accès, car il fallait grimper pendant des  heures, parfois sous un soleil de plomb ou  sous une pluie battante  sur un sentier  mal balisé.

Depuis le 3 mars 2017, un magnifique téléphérique a été  construit par l’entreprise Française POMA, le leader dans  ce domaine.

Du coup maintenant il est beaucoup plus facile  d’aller visiter ce site d’exception. Il faut tout de même monter un sentier assez difficile. L’état Péruvien voudrait en faire un deuxième Machu Picchu.

Actuellement c’est 1 million de visiteurs pour le Machu Picchu et seulement 40 000 pour Kuelap. Nous avons certainement été chanceux de le visiter avant qu’il ne devienne trop touristique.

Le lendemain nous avons repris une excursion pour aller aux grottes de Criocta, certes elles sont belles mais rien à voir avec nos super belles grottes de Dordogne ou de tout le sud ouest de la France. Ce qui est amusant  c’est qu’on nous prête des bottes pour la visiter car franchement c’est plus que boueux et l’eau coule de partout. Les mesures de sécurité sont loin d’êtres celles  de l’Europe (sauf pour le téléphérique tout neuf de Kuelap, où les mesures de sécurité sont draconiennes).

Les stalactites et stalagmites sont belles mais peu nombreuses. Les péruviens s’extasient devant, nous sommes une fois de plus les seuls « blancs » dans cette excursion. On nous montre des os soit disant de l’époque Chachapoyas, ce dont on doute étant donné l’humidité régnante, les ossement devraient être  dissous  depuis longtemps……..

Avant de continuer notre balade nous avons pris notre repas dans un bled franchement moche, Luya, mais on y a mangé encore du Cuy, bien bon et bien grillé.

Puis nous avons repris la route, plutôt la piste, les paysages sont toujours aussi splendides. L’herbe de la pampa rose pousse partout, Nous arrivons aux falaises de Karajia.  Ce site n’a été découvert qu’en 1985 par un archéologue Péruvien et daterait des années 1460 /1470. C’est vraiment extraordinaire. Les Chachapoyas avaient le culte des morts, ils fabriquaient  des sarcophages en  boue et tiges de chaume et y inséraient le mort en position fœtale.

Les sarcophages sont perchés à 200 mètres du sol, alors comment faisaient ils pour les monter là ???????.  Ce rite était exclusivement réservé aux dignitaires. Pour y descendre, il faut être en forme et nous y sommes, 25 minutes  de  sentier très difficile, les enfants  louent des bâtons ou on peut louer un cheval. Françoise opte pour la canne. Enfin arrivés en bas, on se presse pour louer un cheval pour le retour et nous n’étions pas les seuls !!! Les sarcophages de Karajia ça se mérite.

En bas, les enfants  proposent de nous montrer où se trouvent certains  sarcophages, invisibles du bas de la falaise, alors on prête l’appareil et un gamin  nous fait de belles photos au téléobjectif contre quelques soles (monnaie péruvienne).

Cette région, au fin fond du Pérou est très pauvre et on suppose que la découverte de ces sarcophages a amélioré le quotidien des habitants. Les quelques touristes  qui viennent  là, leur permettent de gagner un peu plus d’argent.

(La location des chevaux, les bâtons de marche, les photos des sarcophages, les petites sculptures, les tricots fait mains).

Sinon, la culture c’est essentiellement la pomme de terre, il faut dire qu’au Pérou il y a…..mille espèces de patates, notre guide nous disait qu’il en avait déjà testé 50….). Le désastre c’est que les paysans traitent les champs, avec des produits phyto sanitaires, le pulvérisateur dans le dos et à pied dans le champ sans  aucune protection, évidemment les pieds de patates font un mètre de haut et les fleurs 3 cm de diamètres.

Photos

5 Responses

  1. Les bottes ont été bien utiles ! quels splendides paysages !
    Françoise aime bien avoir les pieds sur terre !: aussi une canne lui convient. Alain , toi, tu préfères le dos du cheval : vous allez de découvertes en découvertes ! je suis contente pour vous. Notre neige a fondu… Bonne continuation péruvienne ! biz

  2. Impressionnant cette histoire des Chachapoyas, impressionnants ces paysages, impressionnants vous êtes, intrépides voyageurs !!!! Merci pour les belles photos et le reportage. Bisous

  3. ces montagnes sont magnifiques mais très impressionnantes et les sarcophages font un peu peur! vous avez encore visité des sites uniques.

  4. Formidable expédition ! les sites de renoms sont souvent inaccessibles (ou presque) mais , la découverte en vaut la peine ….les sarcophages contre la falaise me laissent dubitative !!
    C’est que du plaisir de vous suivre .
    Bises

    1. Oui Noelle les sarcophages au milieu d une immense falaise laisse sans voix. On se demande bien comment les Chachapoyas ont fait pour monter ces sarcophages